Archives de catégorie : Ethnopôle

Uchon et le critère légendaire

Photo: La griffe du diable – Patrimoine du Morvan

C’est un drôle de pays que ce petit massif d’Uchon, comme une île accrochée sur un bout de colline. Il y a des gros cailloux qu’on appelle « chaos granitiques » et qui semblent avoir poussé comme des champignons, des petits lacs bien sages qui dorment dans les cuvettes, quelques maisons de pierre qui se fondent dans le paysage granitique, des forêts de feuillus qui résistent encore à l’envahisseur résineux, quelques humains qui ont trouvé refuge et un très vieux chêne qui veille tout doucement sur cette contrée.

Et ce qu’il y a aussi à Uchon, ce sont des histoires. Des histoires et des mystères. À Uchon les habitants parlent de brigands légendaires, de loups, de diable, de fontaines miraculeuses, de statue de la vierge qui se balade toute seule, de cloches qui sonnent au fond des marécages, de pierres qui rendent justice aux cocus. À Uchon, on parle de manière étonnamment décomplexée de choses qui normalement restent cachées. Il parait qu’Uchon est un haut-lieu vibratoire et qu’il s’y passe des choses…

En 2020 la MPOB a réalisé une étude, dans le cadre du projet de classement du massif forestier d’Uchon et sur la demande de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

La ministère de la culture, au travers de sa politique des sites classés et inscrits qui a pour objectif de préserver les espaces naturels ou bâtis, considère le caractère légendaire et pittoresque d’un site comme un critère de classement. En tant que pôle de compétence spécialisé dans la recherche et la médiation scientifique et culturelle de l’oralité, la MPOB a donc été chargée d’évaluer la vitalité de la transmission orale à Uchon, sa densité, ses caractéristiques propres et plus spécifiquement la présence de «légendes » attachées aux chaos granitiques.

Photo : Veillée à l’auberge d’Uchon – 2020 – Laurie Darroux

Au delà de cette mission institutionnelle et d’intérêt générale confiée par la DREAL, cette étude a été l’occasion de mettre en place un dispositif d’écoute précis de la vitalité et la nature du maillage des récits à l’échelle du village d’Uchon, d’observer leurs modes de transmission, de mobilisation et d’actualisation. Comment toutes ces bribes d’histoires, d’anecdotes et de légendes font à la fois la spécificité d’un territoire de parole local et son appartenance à des ensembles plus grands (régionaux, nationaux, etc.), font sens dans la réalité contemporaine des Uchonnais, disent quelque chose de leur rapport à leur environnement et à leur territoire.

Les enregistrements de l’enquête, déposés au centre de documentation de la MPOB régénèrent un répertoire original et inédit particulièrement intéressant.

Accompagner et valoriser la continuité de ces pratiques de l’oralité relève d’une des missions premières de la MPOB. C’est pourquoi une veillée et une balade collective ont été organisées afin de stimuler les échanges, faciliter les vocations individuelles et collectives d’expression autour de ces récits légendaires, soutenir les habitants dans l’identification et la régénération de leur patrimoine oral.

Laurie Darroux

Femmes à lier, Femmes alliées

Retour sur la thématique ethnopôle de 2020

La MPOB est un ethnopôle qui fonctionne comme une « Fabrique Sociale Orale ». Comme une action et une réflexion collective où chacun-e est bienvenu-e. Nous utilisons les ressources de cultures populaires, de la convivialité et des sciences sociales pour créer des espaces de débat, des occasions de réflexion, des situations pour régénérer les pratiques populaires.

En 2020, le choix de la thématique annuelle de l’ethnopôle s’est tourné vers les figures de femmes qui peuplent l’Histoire avec un grand H et les histoires locales. De Jeanne Barret, botaniste originaire de La Comelle, devenue célèbre suite à son embarquement sur un navire de l’expédition de Bougainville, déguisée en homme. Elle fut la première femme à faire le tour du monde, dit-on. Elle nous a inspirés car 2020 était l’anniversaire de sa naissance. Elle nous a fait penser aux femmes pionnières du Morvan, partie en grande ville comme nourrice pour les enfants des familles bourgeoises. Femme, partie toute jeune de leur village, en sabot, et revenue belle dame, avec argent et riche vêture, parfois traumatisée par la rupture énorme de cette migration économique. Et de fil en aiguille, sont apparues d’autres visages, les vieilles femmes restées dans le Morvan pendant l’exode rural, les fées et les dames de la nuit qui effraient encore les promeneurs nocturnes… Les femmes solitaire et fortes comme des hommes, figures du village et auxquelles on tient beaucoup même si elles ont pu être traitée de « sorcière ».

Plus largement, nous avons ouvert à la MPOB et dans le territoire, une réflexion sur la liberté de genre en milieu rural et sur les résistances anciennes qui y sont liées. Et nous avons organisé les 5 et 6 septembre un mini festival (pas si mini que ça) avec des rencontres et des échanges. Nous avons tenté des rapprochements inédits: une recherche contemporaine sur les figures de vieilles femmes dans le Morvan et un travail de poésie et d’histoire sur la place des femmes dans l’islam. Nous avons dansé le soir au bal chanté par deux femmes d’ici puis par deux hommes maîtres des étranges mélodies arabo-andalouses. Nous avons conçu un jardin, plutôt qu’un musée, pour venir visiter ces figures de femmes et les cultiver.

Photo: Odil

Le festival a aussi été l’occasion d’inaugurer l’exposition « Qui sont ces femmes?« , hébergée pendant un an à la MPOB. Une exposition qui rapproche des documents prêtés par le Musée des nourrices et des enfants de l’assistance publique d’Aligny-en-Morvan et les photographies d’Andréa Malterre et Ghérard Christon. Une exposition qui invite à questionner les normes qui s’imposent aux femmes, aux mères, aux enfants, aux corps et plus largement à notre intimité.

Photo : Odil

On y croise des femmes qui subvertissent les normes, des femmes à lier parfois marginalisées ou enfermées, parfois stigmatisées, parfois héroïnes de leur temps et porteuses d’un nouveau modèle. Des femmes alliées dans leur refus d’une vie télécommandée par la voie moyenne dite « normale », des femmes qui donnent à voir le monde autrement et qui contribuent à le faire changer. 


Comme des folles à lier, ces figures de femmes hors normes sont des alliées pour que les mentalités évoluent vers plus de respect envers la diversité des existences.

Caroline Darroux


Pour aller plus loin..

Programme du mini-festival 

L’article et le podcast réalisé par Odil TV à l’occasion du festival :