Archives de catégorie : Écoute du territoire

Uchon et le critère légendaire

Photo: La griffe du diable – Patrimoine du Morvan

C’est un drôle de pays que ce petit massif d’Uchon, comme une île accrochée sur un bout de colline. Il y a des gros cailloux qu’on appelle « chaos granitiques » et qui semblent avoir poussé comme des champignons, des petits lacs bien sages qui dorment dans les cuvettes, quelques maisons de pierre qui se fondent dans le paysage granitique, des forêts de feuillus qui résistent encore à l’envahisseur résineux, quelques humains qui ont trouvé refuge et un très vieux chêne qui veille tout doucement sur cette contrée.

Et ce qu’il y a aussi à Uchon, ce sont des histoires. Des histoires et des mystères. À Uchon les habitants parlent de brigands légendaires, de loups, de diable, de fontaines miraculeuses, de statue de la vierge qui se balade toute seule, de cloches qui sonnent au fond des marécages, de pierres qui rendent justice aux cocus. À Uchon, on parle de manière étonnamment décomplexée de choses qui normalement restent cachées. Il parait qu’Uchon est un haut-lieu vibratoire et qu’il s’y passe des choses…

En 2020 la MPOB a réalisé une étude, dans le cadre du projet de classement du massif forestier d’Uchon et sur la demande de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

La ministère de la culture, au travers de sa politique des sites classés et inscrits qui a pour objectif de préserver les espaces naturels ou bâtis, considère le caractère légendaire et pittoresque d’un site comme un critère de classement. En tant que pôle de compétence spécialisé dans la recherche et la médiation scientifique et culturelle de l’oralité, la MPOB a donc été chargée d’évaluer la vitalité de la transmission orale à Uchon, sa densité, ses caractéristiques propres et plus spécifiquement la présence de «légendes » attachées aux chaos granitiques.

Photo : Veillée à l’auberge d’Uchon – 2020 – Laurie Darroux

Au delà de cette mission institutionnelle et d’intérêt générale confiée par la DREAL, cette étude a été l’occasion de mettre en place un dispositif d’écoute précis de la vitalité et la nature du maillage des récits à l’échelle du village d’Uchon, d’observer leurs modes de transmission, de mobilisation et d’actualisation. Comment toutes ces bribes d’histoires, d’anecdotes et de légendes font à la fois la spécificité d’un territoire de parole local et son appartenance à des ensembles plus grands (régionaux, nationaux, etc.), font sens dans la réalité contemporaine des Uchonnais, disent quelque chose de leur rapport à leur environnement et à leur territoire.

Les enregistrements de l’enquête, déposés au centre de documentation de la MPOB régénèrent un répertoire original et inédit particulièrement intéressant.

Accompagner et valoriser la continuité de ces pratiques de l’oralité relève d’une des missions premières de la MPOB. C’est pourquoi une veillée et une balade collective ont été organisées afin de stimuler les échanges, faciliter les vocations individuelles et collectives d’expression autour de ces récits légendaires, soutenir les habitants dans l’identification et la régénération de leur patrimoine oral.

Laurie Darroux

Le chuchotement de la nuit

Histoire d’une résidence à la MPOB

Photo : Marion Julien – Anost la nuit – Février 2021

Vous le savez peut-être, à Anost, et dans le Morvan, on est très attentifs au ciel étoilé.
En février nous avons reçu à la MPOB, pour une première phase de résidence, Marion Julien, musicienne et oiseau de nuit. De son nom d’artiste-compositrice Onäji, elle pratique le violon-alto et compose, principalement pour le spectacle vivant, notamment dans la compagnie Entre eux deux rives
Marion est venue s’abreuver à la MPOB pour son projet « Le chuchotement de la nuit ». C’est un projet de création sonore pour l’espace public, autour de ce questionnement : comment la nuit contribue-t-elle à l’identité d’un territoire ? 
Elle a passé 10 jours à ouvrir des pistes, écouter des archives, marcher le soir et au petit matin, lire des ouvrages, enregistrer le son du lieu et du temps. Son travail se déploiera autour des récits nocturnes d’un territoire, en prenant la nuit comme espace de résistance, espace des possibles, terrain fertile pour un imaginaire collectif. 

Cette résidence s’inscrit dans la vocation de la MPOB qui se veut passerelle entre patrimoine et création, entre écoute fine et attentive du territoire et stimulation artistique, activation des ressources insoupçonnées disponibles dans le creuset de la culture orale, du milieu de vie et des paroles populaires.

A petit pas Marion vient se baigner dans l’eau tranquille et froide de nos nuits morvandelles, elle en sortira imprégnée un peu de ce que nous vivons sous le règne de la lune et se fera la traductrice d’un petit bout de ce qui constitue notre expérience commune du territoire.

Pour s’approcher un peu plus du processus créatif et en attendant la restitution de son travail, vous pouvez écouter l’interview réalisée par Alice Margotton à l’occasion de son passage à la MPOB :

Podcast réalisé par Alice Margotton

Laurie Darroux