Archives de catégorie : Billets

Uchon et le critère légendaire

Photo: La griffe du diable – Patrimoine du Morvan

C’est un drôle de pays que ce petit massif d’Uchon, comme une île accrochée sur un bout de colline. Il y a des gros cailloux qu’on appelle « chaos granitiques » et qui semblent avoir poussé comme des champignons, des petits lacs bien sages qui dorment dans les cuvettes, quelques maisons de pierre qui se fondent dans le paysage granitique, des forêts de feuillus qui résistent encore à l’envahisseur résineux, quelques humains qui ont trouvé refuge et un très vieux chêne qui veille tout doucement sur cette contrée.

Et ce qu’il y a aussi à Uchon, ce sont des histoires. Des histoires et des mystères. À Uchon les habitants parlent de brigands légendaires, de loups, de diable, de fontaines miraculeuses, de statue de la vierge qui se balade toute seule, de cloches qui sonnent au fond des marécages, de pierres qui rendent justice aux cocus. À Uchon, on parle de manière étonnamment décomplexée de choses qui normalement restent cachées. Il parait qu’Uchon est un haut-lieu vibratoire et qu’il s’y passe des choses…

En 2020 la MPOB a réalisé une étude, dans le cadre du projet de classement du massif forestier d’Uchon et sur la demande de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

La ministère de la culture, au travers de sa politique des sites classés et inscrits qui a pour objectif de préserver les espaces naturels ou bâtis, considère le caractère légendaire et pittoresque d’un site comme un critère de classement. En tant que pôle de compétence spécialisé dans la recherche et la médiation scientifique et culturelle de l’oralité, la MPOB a donc été chargée d’évaluer la vitalité de la transmission orale à Uchon, sa densité, ses caractéristiques propres et plus spécifiquement la présence de «légendes » attachées aux chaos granitiques.

Photo : Veillée à l’auberge d’Uchon – 2020 – Laurie Darroux

Au delà de cette mission institutionnelle et d’intérêt générale confiée par la DREAL, cette étude a été l’occasion de mettre en place un dispositif d’écoute précis de la vitalité et la nature du maillage des récits à l’échelle du village d’Uchon, d’observer leurs modes de transmission, de mobilisation et d’actualisation. Comment toutes ces bribes d’histoires, d’anecdotes et de légendes font à la fois la spécificité d’un territoire de parole local et son appartenance à des ensembles plus grands (régionaux, nationaux, etc.), font sens dans la réalité contemporaine des Uchonnais, disent quelque chose de leur rapport à leur environnement et à leur territoire.

Les enregistrements de l’enquête, déposés au centre de documentation de la MPOB régénèrent un répertoire original et inédit particulièrement intéressant.

Accompagner et valoriser la continuité de ces pratiques de l’oralité relève d’une des missions premières de la MPOB. C’est pourquoi une veillée et une balade collective ont été organisées afin de stimuler les échanges, faciliter les vocations individuelles et collectives d’expression autour de ces récits légendaires, soutenir les habitants dans l’identification et la régénération de leur patrimoine oral.

Laurie Darroux

Le chuchotement de la nuit

Histoire d’une résidence à la MPOB

Photo : Marion Julien – Anost la nuit – Février 2021

Vous le savez peut-être, à Anost, et dans le Morvan, on est très attentifs au ciel étoilé.
En février nous avons reçu à la MPOB, pour une première phase de résidence, Marion Julien, musicienne et oiseau de nuit. De son nom d’artiste-compositrice Onäji, elle pratique le violon-alto et compose, principalement pour le spectacle vivant, notamment dans la compagnie Entre eux deux rives
Marion est venue s’abreuver à la MPOB pour son projet « Le chuchotement de la nuit ». C’est un projet de création sonore pour l’espace public, autour de ce questionnement : comment la nuit contribue-t-elle à l’identité d’un territoire ? 
Elle a passé 10 jours à ouvrir des pistes, écouter des archives, marcher le soir et au petit matin, lire des ouvrages, enregistrer le son du lieu et du temps. Son travail se déploiera autour des récits nocturnes d’un territoire, en prenant la nuit comme espace de résistance, espace des possibles, terrain fertile pour un imaginaire collectif. 

Cette résidence s’inscrit dans la vocation de la MPOB qui se veut passerelle entre patrimoine et création, entre écoute fine et attentive du territoire et stimulation artistique, activation des ressources insoupçonnées disponibles dans le creuset de la culture orale, du milieu de vie et des paroles populaires.

A petit pas Marion vient se baigner dans l’eau tranquille et froide de nos nuits morvandelles, elle en sortira imprégnée un peu de ce que nous vivons sous le règne de la lune et se fera la traductrice d’un petit bout de ce qui constitue notre expérience commune du territoire.

Pour s’approcher un peu plus du processus créatif et en attendant la restitution de son travail, vous pouvez écouter l’interview réalisée par Alice Margotton à l’occasion de son passage à la MPOB :

Podcast réalisé par Alice Margotton

Laurie Darroux

Femmes à lier, Femmes alliées

Retour sur la thématique ethnopôle de 2020

La MPOB est un ethnopôle qui fonctionne comme une « Fabrique Sociale Orale ». Comme une action et une réflexion collective où chacun-e est bienvenu-e. Nous utilisons les ressources de cultures populaires, de la convivialité et des sciences sociales pour créer des espaces de débat, des occasions de réflexion, des situations pour régénérer les pratiques populaires.

En 2020, le choix de la thématique annuelle de l’ethnopôle s’est tourné vers les figures de femmes qui peuplent l’Histoire avec un grand H et les histoires locales. De Jeanne Barret, botaniste originaire de La Comelle, devenue célèbre suite à son embarquement sur un navire de l’expédition de Bougainville, déguisée en homme. Elle fut la première femme à faire le tour du monde, dit-on. Elle nous a inspirés car 2020 était l’anniversaire de sa naissance. Elle nous a fait penser aux femmes pionnières du Morvan, partie en grande ville comme nourrice pour les enfants des familles bourgeoises. Femme, partie toute jeune de leur village, en sabot, et revenue belle dame, avec argent et riche vêture, parfois traumatisée par la rupture énorme de cette migration économique. Et de fil en aiguille, sont apparues d’autres visages, les vieilles femmes restées dans le Morvan pendant l’exode rural, les fées et les dames de la nuit qui effraient encore les promeneurs nocturnes… Les femmes solitaire et fortes comme des hommes, figures du village et auxquelles on tient beaucoup même si elles ont pu être traitée de « sorcière ».

Plus largement, nous avons ouvert à la MPOB et dans le territoire, une réflexion sur la liberté de genre en milieu rural et sur les résistances anciennes qui y sont liées. Et nous avons organisé les 5 et 6 septembre un mini festival (pas si mini que ça) avec des rencontres et des échanges. Nous avons tenté des rapprochements inédits: une recherche contemporaine sur les figures de vieilles femmes dans le Morvan et un travail de poésie et d’histoire sur la place des femmes dans l’islam. Nous avons dansé le soir au bal chanté par deux femmes d’ici puis par deux hommes maîtres des étranges mélodies arabo-andalouses. Nous avons conçu un jardin, plutôt qu’un musée, pour venir visiter ces figures de femmes et les cultiver.

Photo: Odil

Le festival a aussi été l’occasion d’inaugurer l’exposition « Qui sont ces femmes?« , hébergée pendant un an à la MPOB. Une exposition qui rapproche des documents prêtés par le Musée des nourrices et des enfants de l’assistance publique d’Aligny-en-Morvan et les photographies d’Andréa Malterre et Ghérard Christon. Une exposition qui invite à questionner les normes qui s’imposent aux femmes, aux mères, aux enfants, aux corps et plus largement à notre intimité.

Photo : Odil

On y croise des femmes qui subvertissent les normes, des femmes à lier parfois marginalisées ou enfermées, parfois stigmatisées, parfois héroïnes de leur temps et porteuses d’un nouveau modèle. Des femmes alliées dans leur refus d’une vie télécommandée par la voie moyenne dite « normale », des femmes qui donnent à voir le monde autrement et qui contribuent à le faire changer. 


Comme des folles à lier, ces figures de femmes hors normes sont des alliées pour que les mentalités évoluent vers plus de respect envers la diversité des existences.

Caroline Darroux


Pour aller plus loin..

Programme du mini-festival 

L’article et le podcast réalisé par Odil TV à l’occasion du festival :

langues de Bourgogne en pratique: des ateliers actifs et en développement

Les 5e Rencontres des Langues et patois de Bourgogne ont été l’occasion de se doter de nouvelles connaissances sur la pratique linguistique actuelle et la compréhension de ces langues.

Continuer la lecture de langues de Bourgogne en pratique: des ateliers actifs et en développement

« La bienvenue! » Recherche en estives le 28 juillet

Devanture d’épicerie à Saulieu

Après un démarrage printanier sur les chapeaux de roue en mars au Musée des nourrices et des enfants de l’Assistance publique, notre recherche citoyenne met sa tenue d’été. Cap sur Roussillon-en-Morvan au Lieu-dit Les Pécines!

L’association « La Cafetière » nous invite à partager son sens de l’accueil

le samedi 28 juillet à partir de 11h30.

L’actualité, le quotidien dans nos lieux de vie singuliers nous amènent à nous questionner sur le sens de nos actes individuels et collectifs, sur nos désirs de société : c’est l’impulsion première de la recherche citoyenne. Nous portons chacun les savoirs construits dans notre expérience. Nous trouvons ensemble des clefs de compréhension du monde qui nous entoure.

Ce café-recherche a pour but de proposer un cadre d’échange de savoirs entre habitants, chercheurs, artistes sur la question de l’hospitalité locale : celle qui attire d’autres populations dans certaines communes rurales du Morvan, celle qui propose un refuge aux exilés, celle qui s’est inscrite dans l’histoire locale de l’accueil. Que comprendre de cela ? Comment écouter plus attentivement les voix qui nous en parlent ? Comment sortir des clichés médiatiques et des idées prémâchées pour appréhender plus finement ce qui nous entoure et ce qui nous arrive ?

Au programme:

-présentation de l’accueil mixte à « La Cafetière »: voisins, personnes en situation de handicap, artistes (par les permanentes de l’association)

-pique-nique anthropo-convivial avec les personnes accueillies par l’association à cette date (animé par l’ethnologue de la MPOB) On apporte un plat à partager et La Cafetière fournit le café

-présentation de l’avancée de la réflexion sur l’hospitalité (prise de parole des participants) L’ethnologue peut accompagner en amont chaque volontaire à rendre sa parole accessible aux autres (penser aux personnes accueillies à La Cafetière)

-action dans le jardin pédagogique: « la théorie, c’est bien joli mais ça ne fait pas pousser les salades! » Apporter vos gants de jardinage

-18h – Apéro-Causerie participative: Venez avec votre instrument, histoires, blagues, recette, poème, chanson et tout ce que vous avez envie de partager pour le plaisir.

L’association La Cafetière fonctionne sans subvention publique. Elle gère un lieu de vie et d’échange en milieu rural qui favorise la mixité sociale entre différentes populations. Les adhésions permettent de participer à ce projet hors du commun et de suivre les événements qui s’y déroulent. Pour soutenir cette action, vous pouvez cotiser (2€).


En partenariat avec:

gratuit dans la limite de 15 participants: caroline.darroux@gmail.com

« La bienvenue ! » Deuxième café-recherche sur l’accueil et l’hospitalité dans le Morvan d’aujourd’hui

 

Devanture d’épicerie à Saulieu

Mercredi 5 mars de 14h à 17h30 au Musée des Nourrices (Aligny-en-Morvan)

(café gourmand partagé : apporter ce que vous souhaitez partager avec les autres)

Atelier d’éducation populaire co-animé par les participants

et accompagné par Caroline Darroux (ethnologue).

La Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne et la Coopérative des savoirs de la Nièvre, en partenariat avec le Musée des Nourrices vous proposent une journée de réflexion et d’échange autour d’une démarche de recherche citoyenne. L’actualité, le quotidien, la vie dans des espaces singuliers nous amènent à nous questionner sur le sens de nos actes individuels et collectifs, sur nos désirs de société : c’est l’impulsion première de la recherche citoyenne. Chacun, porteurs de savoirs situés dans nos expériences, détenons une part des clefs de compréhension du monde qui nous entoure. En dialogue avec les méthodologies et les savoirs scientifiques et artistiques, il nous devient possible collectivement de produire des connaissances pour nos territoires de vie.

Ce café-recherche aura pour but de proposer un cadre d’échange de savoirs entre habitants, chercheurs, artistes sur la question de l’hospitalité locale, dans l’actualité contemporaine d’une légère augmentation de population dans certaines communes rurales du Morvan et dans l’actualité des migrances choisies ou subies, tout en reliant ces réflexions à la toile de fonds de l’histoire locale de l’accueil. Que comprendre de cela ? Comment écouter plus attentivement les voix qui nous en parlent ? Comment sortir des clichés médiatiques et des idées prémâchées pour appréhender plus finement ce qui nous entoure et ce qui nous arrive ?

gratuit dans la limite de 15 participants

Accéder au compte-rendu du premier café-recherche sur l’hospitalité

1er café recherche : faire le tour de la question

Devanture d’épicerie à Saulieu

La Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne et l’Association de la Coopérative des savoirs lancent une recherche citoyenne sur « l’hospitalité dans le Morvan ».

Notre premier café recherche du 22 novembre 2017 a permis de rassembler un petit groupe de personnes intéressées par ce sujet de réflexion. Nous avons tenté dans un premier temps d’envisager largement ce qui était en jeu dans la notion « d’hospitalité », « d’accueil », « d’habitant » et nous avons posé les premiers jalons d’une méthodologie d’ethnographie citoyenne.

Merci à Marion, Martine, Thierry, Claudie, Els, Elise, Fanny, Isabelle, Marie-Hélène, Michèle, Jean-Pierre, Simon et Caroline pour leur présence active et constructive.

Continuer la lecture de 1er café recherche : faire le tour de la question

Atelier n°4

Atelier du 25 octobre 2017

Deux points sont restés en suspens. Le premier touche à la dimension économique de l’action associative qui porte et soutient les pratiques culturelles et les modes d’expression populaires. La seconde renvoie à la transmission du projet politique du mouvement associatif. Ce quatrième atelier s’est ouvert sur ces questionnements. Il a donné lieu a une pensée écrite par chacun que ce billet tente de mettre en musique.
Le quatrième rdv d’octobre avait pour objectif:
-de questionner la perception et l’engagement des membres actifs non-fondateurs des associations,
-de préciser l’orientation politique du projet associatif
Merci à toutes les personnes présentes: Aline, Noël, Vincent, Mikaël, Floranne, Suzanne, Aline et Caroline. 

Continuer la lecture de Atelier n°4

Café recherche: « La bienvenue ! »

Devanture d’épicerie à Saulieu

La MPOB et la Coopérative des savoirs de la Nièvre vous invitent à partager un café gourmand autour d’une recherche citoyenne sur l’accueil et l’hospitalité dans le Nivernais Morvan d’aujourd’hui.

Mercredi 22 novembre de 14h à 17h à la MPOB (Anost)

(café gourmand à partager : chacun peut amener une petite friandise)

Continuer la lecture de Café recherche: « La bienvenue ! »

La parole comme patrimoine – journée d’étude sur les archives orales

L’écomusée PAYSALP et le CMTRA organisent une journée d’échanges méthodologiques autour de la collecte, du traitement et de la valorisation des archives orales. Cette journée, destinée à tous les acteurs régionaux impliqués dans un travail de conservation et/ou de valorisation du patrimoine culturel immatériel, est organisée dans le cadre des formations Connaissance et gestion des ressources du Centre de ressources départemental Patrimoine Culturel Immatériel et des ateliers interprofessionnels du Réseau régional dédié aux archives sonores.

La MPOB interviendra pour développer comment l’oralité peut être un levier d’émancipation des habitants.

Programme

 

Atelier n°3

Atelier du 4 septembre 2017

L’idée de ce troisième atelier était de revenir sur ce qui a été échangé à l’occasion des deux premiers ateliers. Chaque atelier a permis la participation de personnes différentes: une mise en dialogue s’imposait.
Le troisième rdv de septembre avait pour objectif:
-de partager les contenus relevés dans les précédents ateliers, soit parce qu’ils semblent contradictoires soit par ce qu’ils ouvrent le débat,
-d’approfondir certaines notions centrales pour lesquelles nous avons manqué de temps.
Merci à toutes les personnes présentes: Dominique, Aline, Noël, Rémi, Jean, Jean-Luc, Pierre, Jean-Pierre, Mikaël, Caroline. 

Continuer la lecture de Atelier n°3

Les Territoires du Patrimoine culturel immatériel

Dans le cadre du 21e festival de l’imaginaire organisé par la Maison des cultures du Monde, le Centre français du patrimoine culturel immatériel-Maison des Cultures du Monde organise un colloque international sur le thème « Les territoires du patrimoine culturel immatériel » les 5 et 6 octobre prochains à Vitré.

La Maison du Patrimoine oral de Bourgogne y interviendra pour développer la trajectoire de politisation du mouvement associatif pour la reconnaissance des cultures populaires qui a permis sa création.

Programme

Recherches sociolinguistiques et pratiques des langues de Bourgogne

Ces Rencontres annuelles sont un espace d’échange et d’approfondissement pour tous ceux qui s’intéressent, pratiquent, militent, sont actifs ou s’inscrivent dans des démarches de sauvegarde des langues de Bourgogne. Selon les principes de l’Education populaire, qui valorise le rôle de chacun dans la construction des savoirs, ces journées visent à produire ensemble des connaissances pour développer les actions de revitalisation de ces langues. D’où l’organisation d’une réunion inter-ateliers de langue le matin, les échanges scientifiques l’après-midi, les présentations artistiques en soirée. Cette année particulièrement, les 5e Rencontres des langues de Bourgogne se déroulent dans une aire géographique où l’on parle langue d’oïl et francoprovençal. Elles s’ouvrent donc naturellement aux acteurs de la sauvegarde du franco-provençal.

Programme

CULTURES POPULAIRES, SCIENCES PARTICIPATIVES ET ACTIONS CITOYENNES

 

Journées d’étude 29-30 Septembre 2017

Journées organisées par le Centre Georges Chevrier et la Maison du patrimoine oral de Bourgogne

À l’échelle internationale, des acteurs de la société civile en lien avec des chercheurs mettent en œuvre des protocoles qui revendiquent une revisite démocratisée des sciences humaines et sociales.
Ces alliances d’initiatives privées et d’initiatives publiques se démarquent de dispositifs maintenant assez convenus et consensuels de la recherche participative (souvent instrumentalisés au service de nouveaux modes de gouvernementalité), par l’élaboration de protocoles où le « concernement » social et ce qui importe aux groupes concernés pèsent à parité avec l’exigence de scientificité.

Ces journées se donnent pour objectif de faire dialoguer des démarches « d’encapacitation » fondées sur la mobilisation de la « méthode ethnographique » au service de la reconnaissance culturelle.

Programme 

Atelier n°2: L’oralité

Atelier du 17 août 2017

En ouverture de la 40 ème Fête de la Vielle à Anost, cet atelier a permis de réfléchir conjointement au « cœur battant » de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne: l’oralité, ce qu’elle désigne en terme de pratique culturelle et de mode de transmission, le rôle politique que les associations lui ont donné.
Le deuxième rdv d’août avait pour objectif:
-de permettre d’approfondir la notion « d’oralité » avec plusieurs membres fondateurs du mouvement associatif, 
-d’interroger « le commun » que nous construisons depuis les années 1970.
Merci à toutes les personnes présentes: Emeline, Noël, Rémi, Pascal, Jean-Luc, Pierre, Gilles. Tous ceux qui participaient activement au festival ont été excusés et applaudis.

Continuer la lecture de Atelier n°2: L’oralité