Femmes à lier, Femmes alliées

Retour sur la thématique ethnopôle de 2020

La MPOB est un ethnopôle qui fonctionne comme une « Fabrique Sociale Orale ». Comme une action et une réflexion collective où chacun-e est bienvenu-e. Nous utilisons les ressources de cultures populaires, de la convivialité et des sciences sociales pour créer des espaces de débat, des occasions de réflexion, des situations pour régénérer les pratiques populaires.

En 2020, le choix de la thématique annuelle de l’ethnopôle s’est tourné vers les figures de femmes qui peuplent l’Histoire avec un grand H et les histoires locales. De Jeanne Barret, botaniste originaire de La Comelle, devenue célèbre suite à son embarquement sur un navire de l’expédition de Bougainville, déguisée en homme. Elle fut la première femme à faire le tour du monde, dit-on. Elle nous a inspirés car 2020 était l’anniversaire de sa naissance. Elle nous a fait penser aux femmes pionnières du Morvan, partie en grande ville comme nourrice pour les enfants des familles bourgeoises. Femme, partie toute jeune de leur village, en sabot, et revenue belle dame, avec argent et riche vêture, parfois traumatisée par la rupture énorme de cette migration économique. Et de fil en aiguille, sont apparues d’autres visages, les vieilles femmes restées dans le Morvan pendant l’exode rural, les fées et les dames de la nuit qui effraient encore les promeneurs nocturnes… Les femmes solitaire et fortes comme des hommes, figures du village et auxquelles on tient beaucoup même si elles ont pu être traitée de « sorcière ».

Plus largement, nous avons ouvert à la MPOB et dans le territoire, une réflexion sur la liberté de genre en milieu rural et sur les résistances anciennes qui y sont liées. Et nous avons organisé les 5 et 6 septembre un mini festival (pas si mini que ça) avec des rencontres et des échanges. Nous avons tenté des rapprochements inédits: une recherche contemporaine sur les figures de vieilles femmes dans le Morvan et un travail de poésie et d’histoire sur la place des femmes dans l’islam. Nous avons dansé le soir au bal chanté par deux femmes d’ici puis par deux hommes maîtres des étranges mélodies arabo-andalouses. Nous avons conçu un jardin, plutôt qu’un musée, pour venir visiter ces figures de femmes et les cultiver.

Photo: Odil

Le festival a aussi été l’occasion d’inaugurer l’exposition « Qui sont ces femmes?« , hébergée pendant un an à la MPOB. Une exposition qui rapproche des documents prêtés par le Musée des nourrices et des enfants de l’assistance publique d’Aligny-en-Morvan et les photographies d’Andréa Malterre et Ghérard Christon. Une exposition qui invite à questionner les normes qui s’imposent aux femmes, aux mères, aux enfants, aux corps et plus largement à notre intimité.

Photo : Odil

On y croise des femmes qui subvertissent les normes, des femmes à lier parfois marginalisées ou enfermées, parfois stigmatisées, parfois héroïnes de leur temps et porteuses d’un nouveau modèle. Des femmes alliées dans leur refus d’une vie télécommandée par la voie moyenne dite « normale », des femmes qui donnent à voir le monde autrement et qui contribuent à le faire changer. 


Comme des folles à lier, ces figures de femmes hors normes sont des alliées pour que les mentalités évoluent vers plus de respect envers la diversité des existences.

Caroline Darroux


Pour aller plus loin..

Programme du mini-festival 

L’article et le podcast réalisé par Odil TV à l’occasion du festival :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.