1er café recherche : faire le tour de la question

Devanture d’épicerie à Saulieu

La Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne et l’Association de la Coopérative des savoirs lancent une recherche citoyenne sur « l’hospitalité dans le Morvan ».

Notre premier café recherche du 22 novembre 2017 a permis de rassembler un petit groupe de personnes intéressées par ce sujet de réflexion. Nous avons tenté dans un premier temps d’envisager largement ce qui était en jeu dans la notion « d’hospitalité », « d’accueil », « d’habitant » et nous avons posé les premiers jalons d’une méthodologie d’ethnographie citoyenne.

Merci à Marion, Martine, Thierry, Claudie, Els, Elise, Fanny, Isabelle, Marie-Hélène, Michèle, Jean-Pierre, Simon et Caroline pour leur présence active et constructive.

Cheminement vers un questionnement

La question des « nouveaux arrivants/habitants » est difficile à définir. Démarche inductive : construire les questions aux contacts des autres.

Qu’est-ce que « la nouveauté » de l’arrivant : être là alors que l’on y était pas avant.

Accueillir : recevoir quelqu’un qui arrive, qui se présente, lui réserver un certain accueil, donner l’hospitalité, recevoir, prendre, accepter des nouvelles ». Réciprocité.

Hospitalité : action de recevoir et d’héberger chez soi par amitié, générosité, charité. Bienveillance, cordialité dans la manière de traiter ses hôtes. Asile accordée à quelqu’un ou à un groupe par un pays.

A bâtons rompus

Maison à Alligny : Accueil : belles histoires et d’autres moins, côté mercantile de l’accueil des enfants des familles d’accueil. Administration milieu XIXème, critères pour placer les enfants. 150 000 enfants au 19ème.

En 1925 : la moitié des classes était composé de ces enfants.

Récit de vie de Lucienne, lu par Caroline – 1935, née à Paris. Vint dans le Morvan pendant la guerre car son père était de l’assistance publique et avait vécu à Paris. Elle ne parle pas le patois. Se sent étrangère.

Aide / reconnaissance / respect : attentes de l’accueilli.

Rapport du Morvan à Paris : espace de domination et de confiscation de la richesse, les biens du Morvan : langue, nourrices, bois, culture.

Faire ses preuves, initiation pour rester ici / discours condescendant du résident secondaire.

Meilleure hospitalité si la personne nous « ressemble », égalité de vécu. Don et contre-don à égalité. Question de la durée courte du séjour. Peur de l’invasion, d’être gêné par la vulnérabilité de l’autre (refugiés..).

Qui sont les gens d’ici ? Intégration en tant que mythe ? Jeu de rôles que l’on se donne et que l’on donne à l’extérieur du territoire. Question du regard que l’on pose. Se sentir intégré plus qu’être intégré.

Accueillir des migrants syriens à Anost : mairie favorable mais courant contraire dans le village (minoritiare), rien ne s’est fait.

Association Le Pont : accueillir dans le Morvan = problème de la mobilité par rapport aux démarches administratives, apprentissage de la langue

Fonds Patrick Grégoire (2009) – 57 récits d’habitants d’Anost avec un fil rouge : partir et revenir.

Cheminement vers une méthode

Lecture à haute voix de textes en différentes langues, lecteurs tirés au sort, hétérolangues. Angoisse devant la nouveauté, comprendre la différence de la langue, vecteur de culture, je n’entends pas tout, être vigilant aux mots des autres et j’interprète avec mes repères à moi. Prendre soin de la parole de l’autre, être dans un état de surprise par rapport de l’autre. Sinon on a les résultats qu’on attend et pas la retranscription d’une parole inédite. Regarder avec les yeux des autres.

Grandes lignes de l’après-midi :

  • Lien entre accueil et la rémunération de l’accueil / économie de l’accueil – Bénéfices de l’accueil symbolique
  • Accueil par l’institution/dans un cadre, sélection de celui qui accueille et celui accueilli. Durée limitée et ne pas être dans l’inconnu.
  • Reconnaissance et respect de la personne accueillie. Parité, égalité entre les accueillants/accueillis, être paire
  • Le jeu des codes, conventions
  • Le besoin que l’on a ou le besoin de l’autre
  • La vulnérabilité, ne pas en préjuger, qui est vulnérable ? La vulnérabilité nous rend plus sensible à l’ l’hospitalité. Cultivons nos vulnérabilités.
  • Rapport à la domination Paris/Morvan. Méfiance, défiance…Image négative, dévalorisation du Morvan et des habitants par eux-mêmes. Lien à l’histoire locale.
  • Quel est cet espace disponible, dans le Morvan ? où on a envie de s’installer…
  • La question de la pièce de théâtre, du décentrement ? quel rôle pour chacun ?

Refaire un café-recherche le 7 mars au Musée des Nourrices, d’ici là poser la question à quelqu’un de son entourage sur l’accueil et l’hospitalité, garder les mots de l’interviewé. De quelle place on parle, qui on est.

Sur cette terre en dons avares,
Sur ce granit deshérité,
Croit une fleur devenue rare
Elle a nom hospitalité.
E. Borgros

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *