Des citoyens en recherche au coeur de la société

Recueillir la parole des publics fragilisés, quels soins, quels enjeux ?

Rencontres entre citoyens-chercheurs – Samedi 11 Mars de 10h à 17h

Déroulement de la journée : 

10h-13h : Visite de l’exposition « leurs mains, leurs mots », présentation de l’exposition par Angélique Thomas, créatrice de l’exposition. Retour collectif sur l’exposition.

14h-17h : « Recueillir la parole des publics fragilisés : quels soins, quels enjeux »: Comment comprenez-vous le terme « publics fragilisés » au regard de vos propres projets? Échanges autour des projets et présentation de supports : réussites, difficultés rencontrées et solutions mises en œuvre, les précautions à prendre ? Quel impact à la suite du projet ?

Merci à tous les participants Véronique, Natacha, Angélique, Xavier, Floranne, Pierre,  Jean-Pierre, Maryla et Dominique pour leur participation active aux débats.

Ceux qui étaient avec nous ce jour-là:

Le collectif « Les accords du Lion d’or »: mène le projet de faire revivre l’hôtel du village de Simandre (71) en faisant « de la culture autrement » et en replaçant la fonction de l’artiste au coeur de la société. Ce vieil hôtel et sa salle de bal faisaient office de lieu de convivialité, au quotidien comme pour les événements importants de la vie (mariage, communions, etc.)

Natacha et Véronique ont partagé avec nous leurs rencontres avec les habitants du village, la glanage de quelques brindilles fragiles: mots, petits objets, restes de cette vie passée et finalement encore présente. Elles ont décrit le processus des mémoires qui reconstruisent très lentement les histoires. Celui du village tout entier qui reprend goût au projet et à la sociabilité avec la réouverture de l’ancien hôtel Thiely. Elle nous ont parlé de la fragilité de ce cheminement entre leur engagement politique, artistique et l’accueil du projet par la communauté villageoise de Simandre. Ces paroles ont été fragilisés par les bouleversements de l’histoire et du temps qui passe. Finalement toute parole intime nous a semblé fragile, que l’on soit enquêteur ou enquêté.

Empreintes sonores et réflexions poétiques de Natacha et Véronique suite à la journée

Xavier Spertini: est photographe et passionné par la mémoire des lieux et des restes dont on ne sait plus quoi faire. En 2010, il amorce un travail sur la friche industrielle de l’usine de Lambiotte à Prémery (58)

Le projet de visite à 360° des anciennes usines Lambiotte a vu le jour en 2010, en considérant l’importance de l’histoire que représentait cette activité industrielle pour Prémery et sa région, et la volonté de conserver une « sauvegarde virtuelle » du lieu.

Elle permet, en se projetant dans le futur, la conservation d’une forme de mémoire du site industriel, qui survivra à sa disparition.

Lien vers le site

Dans sa visite virtuelle du site industriel, Xavier intègre photographies anciennes et extraits d’enquêtes auprès des anciens ouvriers. La MPOB l’avait accompagné méthodologiquement pour réaliser ces enquêtes. Il est venu parler des résultats de ce travail aujourd’hui finalisé. Il a insisté sur la difficulté d’une démarche patrimoniale dans un contexte de crise (fermeture de l’usine). Quel rôle peut alors jouer le patrimoine? Nous avons pris conscience de la part d’analyse collective qui se met en place dans un contexte comme celui-ci, mais aussi de la tendance à produire une mythologie qui lisse les problématiques de société, voire le risque que le patrimoine serve à détourner la parole des publics.

Angélique Thomas: est animatrice en maison de retraite. Elle a réalisé un projet avec les résidents de l’EHPAD d’Imphy (58) sur leur travail dans l’usine de la commune. Entre écoute de leurs récits de vie, traces du sens que prend le mot « travail » pour eux, liens tissés au travers des organisations ouvrières très importantes à Imphy, elle a crée une exposition qui mêle photographies, textes, paroles, intitulée « Leurs mains, leurs mots ».

Elle est venue échanger avec nous sur cette exposition, la manière de la construire en impliquant, à toutes les étapes, les résidents et les soignants.

Cette exposition nous a donné à réfléchir sur la mise en récit, comment le sens général bascule tout à coup dans une histoire unique et très personnelle. La force de la langue parlée ordinaire est aussi apparue, et en filigrane, sa capacité à dire la tragédie toute en gardant fierté et pudeur. Enfin, la difficulté des correspondances entre les différents média au sein d’une exposition, pour garder la cohérence du contenu et la fragilité dont il procède. Ces voix sont d’aujourd’hui et nous parle d’aujourd’hui dans l’hier: comment donner à entendre cela?

Emprunte sonore et réflexion poétique d’Angélique Thomas suite à la journée

Pierre Léger: est l’un des fondateurs du mouvement associatif né dans les années 1970 autour des cultures populaires en Bourgogne. Depuis plus de 40 ans, il est à l’écoute, il regarde, il écrit, il est attentif aux uns et aux autres. Il a longuement enregistré deux femmes, sa grand-mère et sa mère. Il anime un atelier dans sa langue maternelle à Varennes-le-Grand près de Châlon-sur-Saône:

Les patois sont des plantes vivaces de jadis, sur lesquelles l’État tout puissant a jeté depuis des siècles, des tonnes de défoliant.

Il nous a interpelés sur les dimensions de spectacle, de mise en public, auxquels aboutissent les démarches de valorisation de la parole des autres. Il se pose la question de nos trahisons lorsqu’on prend la lumière à la place de l’autre au moment de restituer ses paroles. Il considère que c’est en dehors du spectacle, dans la vie, que les choses se passent, se construisent, se défont ou se mettent en action:

Au lieu de public (que) fragilisé, j’aimerais parler de public(que) éloigné. Ou mieux, d’humains qu’on éloigne, qui s’éloignent. Qu’en est-il de cette mise à distance? Quand est-il de cette fierté qui peut possiblement basculer vers le pire? Fierté douce peut-être? Qu’est-ce qui nous éloigne, nous pousse dans l’ombre?

Et de conclure en guise d’ouverture, d’espoir et de réflexion sur nos rôles de citoyens-chercheurs en citant René Guy Cadou:

Peut-être qu’un cheval / à l’allure insolente / un jour qu’il fera froid / et qu’il aura neigé / viendra poser son museau de soleil / sur ma vitre.

Dominique Peyre: suit le « séminaire itinérant des acteurs et entrepreneurs sociaux » (SIAES) avec le CREFAD, et mène dans ce cadre une recherche-action autour des problématiques de l’accueil de personnes nouvelles sur un territoire ou dans un métier par des collectifs, et la façon dont cela permet aux personnes de se sentir légitime pour être et agir sur ce territoire.

Elle nous propose une réflexion personnelle suite à cette journée de rencontre et de débat sur le rôle des citoyens-chercheurs dans la société, l’écoute des autres, l’objectif de transformation sociale de sa démarche, inséparables d’un questionnement sur la fragilité.


Une prochaine rencontre aura lieu à l’automne les 3 et 4 novembre 2017 autour de la Conférence gesticulée d’Anaïs Vaillant: « La culture à toutes les sauces ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.